Societe

Societe

Le cri d’un héraut de la jeunesse haïtienne !


A l’heure actuelle on ne peut pas chanter de cocorico, Haïti est dans un état gravissime, le pays se trouve dans une misère hideuse où elle habillait en haillons sur un lit en grabat. Il nous faut des discours vertigineux en ce moment pour enorgueillir, fouetter la conscience de la jeunesse Haïtienne oubliée, méprisée, maltraitée. Cette avec larme, à chaque fois que je me rappelle l’exploit mirifique de 1804, depuis après cette belle épopée nous vivons dans une berge de galère, qui poussait les jeunes chez nos voisins confins, et dans d’autres pays partout sur le globe terrestre et ils nous regardent, traitent avec dédains. Quand verrons-nous donc ce pays avec un œil scrutateur chers jeunes ? Je me bats inlassablement pour changer les donnes mais hélas ! Je suis sur le point de perdre ma vocation de vigie avec un visage blafard, mais je vais continuer sur les prouesses de Capois la mort, de Jean Jacques Dessalines sans fait d’abnégation dans ma mission d’héraut d’espoir. Nous (jeunes) devons parler tout –haut et sans fard ceux-que les autres parlent tout –bas. Je dénonçais avec véhémence l’impéritie de nos dirigeants et celle de la nomenklatura économique corrompue Haïtienne. Sur ce je vous demande de récusé l’autorité de ces dirigeants véreux sur la population Haïtienne une bonne fois pour toute, parce qu’ils entrainaient comme leur semble bon un scalpel dans nos chairs sans tenir compte de nos douleurs, de nos larmes, de notre tristesse. Des histoires macabres de vol, de viol, de corruption, d’assassinat ont jalonnés la vie en Haïti. Cette situation déliquescence ne date pas d’hier elle a perdurée à travers le temps, et aujourd’hui elle a touché son apogée. Ces actes irréfléchis ont entrainé le cri staccato de la jeunesse Haïtienne qui aujourd’hui atteint son zénith ou encore son point culminant. Lorsque les cliquetis des chefs de gangs raisonnaient comme étant la nouvelle tendance de la musique haïtienne dans tous les coins et les recoins du territoire national. Partout des os sur un cadavre mutilé, perché sur la cime des montagnes d’immondices qui décorent nos rues. Exhalent des senteurs de marécages aux aisselles de nos places publiques puis la noirceur se planait et s’installait quotidiennement. Dans ces conditions suivantes la nation Haïtienne est dans une succession navrante qui nous rend insomniaque et constamment plongé dans un black-out Affre sans une trappe. Au gran dam de tous ces problèmes que confrontait le pays, le président de la République hanté par son landerneau fantomatique prétendait qu’il va boucler son mandat de con, nonobstant que, les commotions politiques qui ne jouaient pas en sa faveur depuis des mois et continu encore. Apres avoir adressé une circonclusion au peuple, il a mis un peu d’huile sur le feu de la mobilisation Anti-Jomo. Cela traduit son impéritie de dirigé. Face à une médiocrité élevée pareille nos pensées nous ont congédiés vers le grand philosophe grec Aristote qui disait : « la démocratie laisse trop de place aux incompétents ». En tout cas, je me réjouis d’être placé à un confluent de l’histoire de mon pays, pour être à chaque fois en mesure de vous indiquer d’une dextre assurée et tendrement impérieuse les voies propres à enrichir la sève de la jeunesse Haïtienne pour accuser, récuser, condamner L’Etat-Haïtien et la bourgeoisie face à cette conjoncture dégradante qui met en veilleuse la souveraineté D’Haïti, terre d’épopée en passe de devenir par l’incapacité de ces hommes une terre de parias. J’incarnais la continuité des idées généreuses d’un Antenor Firmin, d’un Rosalvo Bobo, d’un François Duvalier qui toujours prêt à mettre en parenthèse ses ambitions personnelles, légitimes, pour la sauvegarde de l’intégrité et des intérêts supérieurs de la nation Haïtienne. Nous la jeunesse Haïtienne, les forces vives de la nation et leviers de l’avenir nous quémandons une halte, il est temps pour que le bal est terminé et de cessé cette danse. En ce moment douloureux de notre histoire. Nous trainons à travers les méandres et les soubresauts d’une «  transition qui n’en finit pas ». Face à une situation d’extrême d’insatisfaction nous nous sommes embarqué dans la caravane d’un bovarysme échevelé qui n’aspire qu’à aplatir le miracle nègre de 1804 et à nous priver de notre identité de bâtisseur de civilisation. Dans un tel contexte le pays court vers un naufrage, qui engloutirait tout et tous, en tout premier lieu nous la jeunesse ce pays vulnérabilisé par les effluves de l’utopie et d’abnégation, sous les méfaits d’une «  Elite répugnante » ou d’une classe politique atteinte d’une «  tare chromosomique » ces qualificatifs ignominieux représentant ce que notre prestige de peuple affamé de liberté paie comme salaire à la docilité aux Diktas sournois et télécommandés, ou comme rançon à la démocratie importée et imposée, qui nous a conduit entre autres aberrations à l’adoption d’une charte fondamentale inapplicable(la constitution anti-Duvaliériste de 1987) et la remise en question de ces principes sacro-saints de souveraineté nationale, de non-ingérence et du droit des peuples de disposé –d’elle-même, des règles de réciprocité diplomatique, de respect de frontières, d’espace aérien , de limite maritimes, de tels principes sont universels. Dr Volvick Remy Joseph disait et je cite, «  Haïti semble avoir perdu ses repères et son âme. Il n’est plus traversé par ces courants de pensée qui avaient si superbement irriguée les sillons de notre histoire d’épopée. Elle semble avoir enterrée pour toujours et oubliée les pères fondateurs, les indigénistes et les griots dans les rangs desquels on ne saurait ne pas retenir les récentes et proéminents figures d’un Jean-Price Mars ou d’un François Duvalier, d’un Volvick Remy Joseph (Lorimer Denis) dont les vitupérations bienfaisantes et fraternelles replaçait le nègre haïtien sur le socle de sa grandeur et de sa fierté native ». Ceux-là s’étaient offerts à la morsure de la critique et de la polémique pour se dévouer à inculquer à la jeunesse les principes et valeurs en passe de disparaitre de notre horizon envahi par la médiocrité, l’affairisme et la corruption ils ont malheureusement semé sur une terre aride imperméable aux « nourritures célestes »  la tristesse et le dépit les a accompagnés ou poussés dans la tombe. Leur unique regret, aura été d’avoir vécu trop longtemps peut-être pour assister à la dégénérescence de leur pays sans nation devenu à la fois un jungle régie par la loi qui n’a même pas l’excuse d’être naturelle, une mosaïque d’ethnies aux visages divers cachés sous des marques colorées et percés de trous par lesquels l’homo erectus haïtien semble regarder sans voir, écouter sans entendre, inhaler sans sentir et se délecter au ravalement de sa condition d’être, créé pourtant à l’image de Dieu. Ici plus qu’ailleurs, la quête de la démocratie nous condamne au mythe de Sisyphe ou au supplice des Danaïdes tant qu’il est vrai qu’elle constitue un processus continu et jamais parachever. Pourquoi nous ne prônons pas la timocratie au lieu cette démocratie préfabriquée par l’occident. Une timocratie qui vise le salut du peuple, sans déviation ni vers la droite ni vers la gauche. Salus populi suprema lex esto !!!
Partis d’un bond naturel et magnanime dans une association avec un secteur qui, bien Malheureusement, commit le péché originel d’assimiler le changement social à un simple changement de régime, vous vous êtes retrouvées en pleines rues, enflammées de la passion incandescente du beau, du vrai et du juste, éperdus et générosité, mais perdus dans un amalgame de défoulement jusqu’à proférer les syllabes gutturales et triviales d’un slogan acronyme indigne de la pureté estudiantine. Une telle permissivité prêchée d’un haut n’augurait rien d’heureux pour la société dont vous rêviez. Il faut donc rentre en vous-mêmes et chercher à comprendre, selon la recommandation de Spinoza. Comprendre qu’après tout la démocratie n’est pas un concept abstrait imposable du dehors. Elle est fonction d’US et coutumes de chaque peuple. Elle ne se vend pas non plus au prix de l’aide externe à sens unique. Elle présuppose des citoyens ourdis aux changements de leurs conditions de vie sur la base d’une éducation qui leur confère « la formation et l’information nécessaires pour prendre part consciemment et de manière créatrice aux initiatives et aux décisions ». C’est pourquoi les futurs dirigeants devront avant tout cesser d’être des concasseurs des rêves de la jeunesse Haïtienne, et […] ils auront intérêt à approfondir la pensée de Hegel pour comprendre au-delà du choc entre la dialectique et le positivisme, votre quête d’une culture qui aide à concevoir et à réaliser les possibles qui peuvent naitre vos actions initiatives. La jeunesse doit contrecarrée et met fin à la phraséologie nocive , des promesses flamboyantes, qui chantent les vertus et les droits de la jeunesse, promise selon eux, à toutes les grandeurs et promotion, cependant eux-mêmes il ne conspirent qu’à vous ostraciser et exploiter votre génération ingénuité de toutes façons, si la politique politicienne Haïtienne et le sombre génie de nos démagogues de s’occuper de la jeunesse, le vent du changement conduit inéluctablement la jeunesse à s’ occuper de politique et démocratie. Nous parlons bien de la démocratie non aliénée que déjà Jean Jacques Rousseau entrevoyait dans le livre II, chapitre II de son contrat sociale. Je vous exhorte, jeunes de mon pays, jeunes de mon âgé, à ne pas vous abandonner aux dérives catastrophiques du présent et au laisser-aller ambiant c’est à toute vitesse, dans le silence complice de nos dirigeants et l’enthousiasme délirant des collabos que le pays s’enfonce dans les abysses de la honte et du non-être. Et vous voilà en passe de subir un sort immérité et de portés l’histoire et la postérité le poids d’une culpabilité injustifié.
Chers jeunes, si nous sommeillons un instant au bord de l’abime frémissons dès nos réveilles et voici les ignorants, les barbares, les sans scrupules (nos dirigeants & consort) lèvent l’étendard de la médiocratie, de la voyoucratie Etatique. Jeunesse de mon pays ôte toi dans cette léthargie merdique prend ton destin en main en disant le bal est fini ainsi que cette danse de galère. Dans un bain de jouvence intellectuelle on peut retirer Haïti dans cet état fantomatique et renaitre l’intégrité nationale tout en défendant les intérêts supérieurs de la nation Haïtienne. Mes amis(e) vous et moi nous sommes les forces vives de la nation et les leviers de l’avenir.

J’en profite de cette occasion pour saluer la mémoire de mon camarade Jean Yves Joseph étudiant finissant en philosophie et en sciences politique à L’IERAH et remercié Dr Volvick Remy Joseph qui a posé les jalons de ce texte par ces mots de motivations légué pour la jeunesse Haïtienne.


AUTEUR : CAMILLE JEAN-DILHA étudiant-chercheur à [L’INAGHEI, EDSEG, JAPC, MAS] enseignant

Related posts

10 thoughts on “Societe

  1. Title

    […]Sites of interest we have a link to[…]

  2. Title

    […]Wonderful story, reckoned we could combine a few unrelated data, nonetheless actually really worth taking a search, whoa did one master about Mid East has got much more problerms also […]

  3. Title

    […]very few internet websites that come about to be detailed below, from our point of view are undoubtedly effectively really worth checking out[…]

  4. Title

    […]very handful of web sites that happen to become detailed beneath, from our point of view are undoubtedly nicely really worth checking out[…]

  5. Title

    […]below you will discover the link to some web sites that we consider you should visit[…]

  6. Title

    […]usually posts some really exciting stuff like this. If you are new to this site[…]

  7. Title

    […]Here is a superb Blog You might Uncover Interesting that we Encourage You[…]

  8. Title

    […]check below, are some entirely unrelated web sites to ours, having said that, they may be most trustworthy sources that we use[…]

  9. Title

    […]please pay a visit to the web sites we adhere to, such as this 1, as it represents our picks from the web[…]

  10. Title

    […]very handful of web-sites that take place to be comprehensive below, from our point of view are undoubtedly properly really worth checking out[…]

Leave a Comment