Societe

Societe

Un message solennel à la jeunesse haïtienne

Texte de Robenson Ferdinand
Temps de lecture: 3′ 45”

Les données démographiques indiquent que la population haïtienne se compose essentiellement de jeunes. Autrement dit, c’est une population relativement jeune. Malheureusement, la contribution de ces jeunes au développement économique du pays, ou plus globalement à l’amélioration des conditions de vie de la population se fait encore attendre. Plusieurs facteurs concomitants sont à l’origine de cette situation. Dans ce papier, je vais soulever quelques uns afin de proposer des alternatifs clairs aux jeunes.

Tous les théoriciens sont unanimes à reconnaître que le facteur démographique est un vecteur de puissance ou de déclin économique. A ce stade, il faut nuancer la population en nombre et en qualité. Une population est dite de qualité lorsqu’elle est éduquée, en bonne santé et suffisamment bien nourrie. Dans la pratique, c’est la population de qualité qui permet d’augmenter la productivité, avec bien sûr de la maîtrise de la technologie, afin d’aboutir à une croissance économique intensive. Laquelle, additionnée à une meilleure répartition des revenus, est indispensable au redressement de la société lorsqu’elle est moribonde.

Depuis plusieurs décennies, on observe l’effritement totale des valeurs morales dans la société haïtienne. Cela est dû entre autres au fait que la population en général, les jeunes en particulier, est complètement mal utilisée. La manifestation la plus récente et sans doute la plus grave, est le gangstérisme qui caractérise les quartiers populaires. En effet, l’analyse de la structure par âge des gangs qui sévissent dans ces quartiers révèle qu’en grande partie ce sont des jeunes qui composent ces structures armées. La question maintenant est de savoir pourquoi ces jeunes se livrent-ils à de telles pratiques?

Ils ne suffit qu’à parcourir un seul quartier populaire pour constater que les jeunes sont pratiquement livrés à eux-mêmes. Pas d’éducation, pas de soins de santé, pas de nourritures, pas de logements décents, pas de loisirs,… bref, pas de vie. Les jeunes deviennent très vulnérables et, par conséquent, une proie facile pour les politiciens malhonnêtes qui les utilisent… Le job une fois terminé, le pont est coupé. L’argent est épuisé. La frustration atteint son apogée. Mais les outils sont encore disponibles. Il ne suffit qu’à les mettre en valeurs. Ce qui nécessite le contrôle de territoires occasionnant ainsi des affrontements violents. Nul n’est à l’abri! On se souvient que les frontières sont poreuses et la police est très limitée.

En réponse à cela, que faire? La solution facile consiste à remettre tout sur les épaules des forces de l’ordre. Le problème actuel n’est pas seulement d’ordre militaire. Il est avant tout social et économique. Ainsi, face à la mauvaise lecture des autorités et ou à leur mauvaise foi, *_je préfère lancer un appel solennel à la jeunesse haïtienne_* afin qu’elle renonce à cette violence stérile. Jeunes de mon pays, vous vous trompez de cible. Vous travaillez pour le compte de vos oppresseurs, pour ceux qui vous maltraitent. Il est temps de prendre en main votre destin. La jeunesse est la force. Ils ont peur de vous. C’est pourquoi ils vous lancent l’un à la poursuite de l’autre. Cessez de vous livrez à la drogue et aux plaisirs malsains. Ne vous laissez pas emporter par le découragement. C’est un piège! Certes, l’horizon est sombre mais il y a toujours une raison d’espérer. Ne gaspillez plus votre temps. Réfléchissez sur l’avenir. Meublez votre cerveau. Ces corrompus et corrupteurs du secteur privé et de la classe politique ne veulent pas votre bonheur. Detrompez vous! Réfléchissez un instant sur les autres jeunes des quartiers populaires qu’ils ont utilisé avant vous. Ils sont assassinés ou, dans le meilleur des cas, emprisonnés. L’avenir est entre vos mains. Il est grand temps de vous réveiller.

Vive une Haïti prospère! Vive la jeunesse!

*Robenson Ferdinand,*
*Citoyen responsable*
*Contacts: (509) 3290-2795 / robensonferdinand@gmail.com*

Related posts

Leave a Comment