Société

Société

Journalistes ? Ici ? Oh Non! Il n’y a que des militants Journalistiques

lepresidentmagnekell@gmail.com

Me Magnekell REGULUS

Pour amorcer le texte, je dois avouer aux lecteurs que je suis également un journaliste. Ancien animateur de l’émission Zen Pete et actuel Co-animateur de l’émission ZOKIKI à l’Antenne sur les ondes de la RAdio Émancipation FM (90.7). Conscient des dérives du secteur auquel je fais partie et révolté de la question des Journalistes Pro ou contre le Pouvoir, Je décide d’écrire cet article qui va sans doute déranger certains amis, mais Pour protéger le droit de l’information que possède la population, je fais choix de publier ce texte.

Pour ceux qui avaient eu la chance de lire #Le Pouvoir d’Informer#, ils pourraient dire mais écouter Me Magnekell REGULUS est entrain de noyer dans l’océan ou perdre sa tête puisqu’à travers le monde, ce sont les ennemis du peuple composant des élites Économique et Politique qui déterminent quelle information ou non doit-être diffusée par les médias puisqu’en général, les patrons des médias sont des hommes d’affaires qui créent des médias commerciaux pour procurer de l’argent et non pas pour informer réellement. On vous donne telle information et non pas telle autre en fonction de quel groupe de patrons qui ont les oreilles du PDG et la bouche des journalistes. Les médias Pro ou Contres le pouvoir sont déterminés en fonction de la position de son patron ou son groupe de patrons, c’est tout !!! Je m’excuse mais, c’est de la vérité il faut l’avouer.

Je suis préoccupé également des journalistes qui violent les règles de bases du métier lorsqu’ils décident de transformer les journaux en émissions d’analyses lorsqu’on sait que par définition, un Journal n’est qu’un espace médiatique où on rapporte ceux qui se sont réellement passés et surtout sans commentaires Sinon, on présente tout sauf un Journal. Bien-entendu, je dis pas que les journalistes n’ont pas le droit de faire des commentaires, ni des analyses, mais pas dans un Journal.

Ces derniers Jours, des Journalistes critiquent les parlementaires qui font pas leur travail.C’est vrai ! Ils ont parfaitement raison. Mais nous aussi, nous ne faisons pas le nôtre parce que la société est une machine, chacun à ses rôles. On critique les députés, les sénateurs qui ne font pas de vraies enquêtes pour voir comment des fonds ont été dépensés, mais comme journalistes nous avons également la mission de faire des enquêtes journalistiques pour rechercher la vérité afin d’informer la population sur certaines questions.Et là, je profite pour saluer le courage de Valéry Numa pour LA VOCATION, film à travers lequel il voulait montrer la beauté du métier.

Vue la façon dont le système est monté, les médias peuvent vous faire haïr vos amis et adorer vos ennemis. Et par exemple en Haïti, on présente ceux qui décident de sacrifier leur vie pour dénoncer les dérives de l’État et du secteur privé comme le mal du pays, a lorsque ceux qui ont volé nos rêves comme dirigeants corrompus, ceux qui achètent à l’étranger des marchandises à des prix dérisoires et décident de les revendre à des prix exorbitant sont vendus à la population comme des gens honnêtes, respectueux et modèles à suivre parce que justement, la survie des médias dépend des Pubs et des aides financières officieuses de l’État ou du moins d’un patron qui est idéologiquement pour ou contre le pouvoir et c’est justement ça qui va déterminer la ligne du média c’est-à-dire ; s’il va être pour ou contre.

Parfois, les journalistes coincent tel parti politique et non pas tel autre parti, tel homme d’affaire et non pas tel autre homme d’affaire, tel pouvoir et non pas tel autre pouvoir, l’opposition et non pas le pouvoir ou du moins le pouvoir et non pas l’opposition, bref! Les médias font leur propre bataille pour défendre leurs propres intérêts en manipulant la population qui est malheureusement naïve et croit dans les informations de tel média et non pas celle de tel autre. La vérité c’est que Pour ou Contre, les deux font le même travail, ils déguisent l’information pour diviniser le pouvoir, si ces médias sont des Pro, ou diaboliser le pouvoir si ces médias sont Contres et le vrai sens de l’information passe en général sous silence et la population reste dans l’illusion.D’ailleurs, on arrive à un moment où on ne peut plus distinguer les journalistes Pro-Pouvoir et les porte-paroles du pouvoir ou du moins les journalistes contres le pouvoir et les leaders de l’opposition. C’est de l’amalgame.

Des Journalistes vous aident à critiquer les maires, les députés, les sénateurs, le président, et j’en passe, mais ils n’intéressent pas à faire des émissions sur #l’éducation Civique # pour apprendre à la population comment doit-elle choisir ses dirigeants ? Ou quel est le rôle de chaque dirigeant? Parce-que comment une population pourrait bien choisir un maire, un député, un sénateur ou un président si cette population ne connait pas préalablement le rôle de chacun ?
Donc en général, les amis de tel animateur sont aussi les amis de son auditoire puisqu’ils sont bien vendus par l’animateur, et les ennemis de ce dernier sont également les ennemis de son auditoire puisqu’ils sont vendus comme des fils du diable. Par exemple, les parlementaires sont critiqués par des journalistes pour avoir trop de privilèges, c’est vrai, ils ont réellement trop de privilèges. Cependant, les directeurs généraux, les ministres, le Premier ministre et le président ont plus de privilèges qu’un parlementaire et d’ailleurs, environ $1500 US sont consacrés par jour pour la table du PM et $2000 US pour celle du président mais on fait croire à la population que l’institution la plus budgetivore n’est autre que le parlement. Et là je dois être claire pour dire que, je ne suis pas entrain de défendre les parlementaires et d’ailleurs quel intérêt ? Ce que je suis entrain de faire, c’est de prôner l’objectivité puisque le journalisme est une technique et comme telle, il a ses méthodes et la communication est une science, on doit la pratiquer avec objectivité c’est tout. Je n’ai aucun problème avec un journaliste qui fait choix d’être Pro ou Contre au contraire, on est des citoyens avant même d’être journalistes. Mais lorsqu’on est au micro, on doit essayer d’être objectif.

Malgré mes critiques, j’en suis convaincu qu’il existe des médias (d’ailleurs je travaille dans un média) et des journalistes qui font beaucoup d’efforts pour fonctionner avec l’objectivité. Chapeau et bravo. Parce qu’on peut pas être à la fois journalistes et partisans ou fanatiques, vos analyses doivent être objectives.

E pou pèmèt je nou louvri tout bon vre, menm jounalis k’ap ede popilasyon an kritike dirijan yo, kritike opozisyon ou sektè prive a, gade pouw wè kiyès y’ap bay pale ankò si se pa menm moun sa yo. Menm jounalis ou medya k’ap kritike jenerasyon ou klas politik ki pa bon an, se menm yo ki pap janm bay mikwo a de jenn fanm ak jenn gason chans pou emèje avek yon lòt diskou pizoumwen rasyonèl k’ap pèmèt nou soti tout bon vre. Donk, menm jan avek dirijan nou yo, laprès pa kwè nan nou kòm jèn paske nou se yon bann bouda chire pòch vid menm si tèt nou ta bèl…… Lolllll😃😃😃😃 bann bouda chire.

Me Magnekell REGULUS
Secrétaire Exécutif SOS-DEMOCRATIE
(+509)3749-2130
lepresidentmagnekell@gmail.com

Related posts

Leave a Comment