Société

Société

Contrairement à tous ceux qui osent dire que les Policiers ne Peuvent pas former leur propre Syndicat, Me Magnekell REGULUS dit le Contraire

Me Magnekell REGULUS

lepresidentmagnekell@gmail.com

Dans tous les pays, qu’ils soient démocratiques ou non, les questions sont réglées ou gérées par la loi et non pas avec le sentiment des dirigeants. C’est ce qu’on appelle < Un État de droit>.

En Haïti, la loi n’est autre que le sentiment ou le désir des autorités. Par exemple, selon la loi, les citoyens ont le droit à la santé, droit au logement, droit à l’éducation, droit au travail ect, mais vue que ces choses ne sont pas dans les désirs des autorités, elles n’appliquent pas tout court et d’ailleurs, les lois qui accordent des droits à la population ne sont pas des lois pour les autorités. Cependant, les lois qui prévoient la perception des taxes et impôts, les lois qui accordent des avantages aux responsables étatiques sont strictement appliquées.Voilà le sens étatique des lois.

Maintenant, la question du mensonge étatique qui fait croire que les policiers ne peuvent pas former leur propre Syndicat

En réalité, les règlements intérieurs et la loi créant l’institution policière interdisent formellement la question de syndicat au sein de cette dite institution. Cependant, au regard du grand principe qu’est le PARALLÉLISME DE FORME, où est découlé le principe de la HIÉRARCHIE DES NORMES avec Hans Kelsen, qui va donner naissance à l’approche supra-constitutionnalité , approche selon laquelle la CONSTITUTION se place au-dessus et classe comme suit :
La Constitution
Les Conventions
Les Lois
Les Décrets-lois
Les Décrets
Les Arrêtés.
C’est-à-dire, aucun arrêté, aucun décret, décret-loi, loi, ni une convention ne peut en aucun cas contredire la charte suprême qu’est la Constitution.

Or, l’article 35-3 de la Constitution donne plein droit à tout travailleur des secteurs privé et public d’adhérer librement à un un syndicat pour la défense exclusive, des droits ayant rapports avec leur travail. Donc, lors qu’on prive les policiers d’un droit consacré par la Constitution, on appelle ça Violation des droits humains purement et simplement. Et c’est pourquoi nous autres qui sont des défenseurs des droits de l’Homme, nous décidons d’écrire cet article pour déconstruire ce mensonge étatique dans la tête des policiers.

Bien entendu, l’État haïtien peut décider de ne pas autoriser l’accès au syndicat aux policiers. À ce moment, il doit réviser ou amender la Constitution sinon, comme le Canada et tant d’autres pays, les policiers Haïtiens ont également le DROIT de former leur propre syndicat et l’inspection générale ne pourra pas les radier, à moins qu’elle décide de continuer à violer la Constitution.

Me Magnekell REGULUS
Secrétaire exécutif SOS-DEMOCRATIE.

(509) 3749-2130 / 4321-5041

Related posts

Leave a Comment