Education

Education

Sud’Est-UNDH-Formation: L’organisation d’un colloque pour la reprise universitaire post-covid-19.

Par William TOUSSAINT

_Sous la houlette des responsables de l’Unité Diocésaine d’Enseignement de Recherche et de Service (UDERS), un colloque a été organisé, ce mardi 4 août 2020 à 2h PM, aux locaux de l’Université Notre Dame d’Haïti (UNDH), UDERS de Jacmel, autour du thème : ” *L’Université face aux grands risques actuels*”, en vue d’annoncer officiellement sa reprise des activités universitaires pour l’année 2019-2020_.

L’occasion a été pour les responsables de redynamiser les étudiants de différentes entités après le passage de la pandémie de Covid-19 en Haïti, notamment dans la métropole du Sud-Est.

Père Louis Philippe BENOIT, Ph.D, Vice-recteur exécutif de l’UDERS, dans son intervention portant sur les *nouvelles mesures sanitaires, consignes et modalités post-covid*, fait croire que le dialogue national est la condition sine qua non pour une sortie de crise, tout en proposant aux étudiants d’appliquer la méthode de six (6) C ( Courage, collaboration, compréhension, créativité, communication et confiance).

De surcroît, dans une intervention faite autour de *l’université comme espace de réflexion, de contradiction et de débat*,
le Doyen de la Faculté des Sciences de l’Éducation (FSE), Père Pierre MONCLAIR, Doctorant en sciences de l’éducation, Master II en Philosophie, souligne que l’Université, en étant un espace de débats contradictoires, est sur le point de perdre son rôle de former des cadres capables d’apporter leur plein soutien à leur terre natale en se basant sur certains faits réels de la société actuelle.

De son côté, Me Eland GUERRIER, Doctorant en Droit Public, lors d’une présentation soutenue sur le *rôle de l’université dans le traitement de la crise actuelle*, tance que l’absence de parlement en Haïti est purement et simplement de l’anarchie où l’Exécutif a entre ses mains tous les pouvoirs avec un président qui ne connait pas vraiment ses attributions, à titre d’exemple : la cellule scientifique qui avait pour mission de traiter avec soin que cela requiert le nombre de personnes testées positives à la Covid-19. Pas de contrôle, on a un pouvoir qui n’est pas constitué, a-t-il souligné.

Toutefois, J. Maxon Michel, étudiant L3 en Sciences de l’Éducation à l’UNDH, lors d’une intervention portant sur son travail de sortie, a mis l’accent sur les conditions difficiles d’accès et d’utilisation de nouvelles technologies dont font face bon nombre d’étudiants haïtiens de différentes universités privées et publiques à travers le pays, notamment certains professeurs qui ont du mal à en faire un bon usage.

Selon lui, la crise qu’a occasionné la pandémie de Covid-19 en est un exemple palpable qui montre clairement que la majorité des étudiants ne sont pas encore prêts à se servir de la Nouvelle Technologie de l’Information et de Communication (NTIC).

*Auteur: William TOUSSAINT*

Related posts

Leave a Comment