Éditorial

Éditorial

Le Papier de Rapho, 2 mars 2019…

2004 : le Grand Hold-up confirmé en 2019…

La fumée acre des pneus enflammés montait dans le ciel en cette journée tiède de février 2004. Le pays était LOCK en ce temps-là par le groupe des 184 supportés par un ensemble de secteurs de la société civile et plus tard renforcée par des rebelles armés.

Nous avions décidé au nom des revendications “légitimes” d’enfreindre toutes les lois de la république, et les lois de la nature. Nous avions défié Dieu, Démon, Esprit. En ce temps-là, servilement la majorité avait accepté de se faire ‘’complice forcé, obligé’’.

Tout était désacralisé, banalisé. Tous les symboles, toutes les dates, tous les hauts lieux étaient souillés devant notre soif de pouvoir…

Et toute cette déliquescence trouvait une explication académique ; ‘’l’intelligentia’’ avait, dans ses suffisances, son arrogance, érigé des murs réels de mépris, sauf qu’elle avait oublié que les frontières n’étaient qu’imaginaires ; les nouvelles technologies l’ont prouvées en les pulvérisant toutes.

La Déchéance de l’haïtien était caractérisée par l’image d’un homme perturbé incapable de révéler sa véritable nature et qui était forcé pour faire semblant, à maintenir une façade de faux bonheur.

Un faux bonheur incarné par la classe moyenne sans repères, qui vivait au jour le jour en se faisant complice de toutes les magouilles pour garder leur mince équilibre entre les démunis et les possédants.

Et le temps avait fourni les explications ; le temps avait démasqué les mardi-gras endimanchés : en 2019 personne ne pouvait se cacher, la réalité était là. Vous étiez nus, “yo wè tout anba nou” : Politiciens, Commerçants, Fonctionnaires, Journalistes, Tutti Quanti…

Sauf que ce complot contre le pays a été longuement et savamment préparé par les éternels comploteurs, victorieux une fois de plus de notre incapacité à découvrir les loups déguisés en mouton.

Il fallait arriver à un ‘’déni intemporel’’ pour s’humilier, se renier, jusqu’à douter de sa date de reconnaissance comme personne, jusqu’à s’en moquer, ce que nous avions fait en 2004.

Peut-être que les psychologues pourraient nous aider à traiter ce cas d’espèces rares ou un peuple décidait un beau jour de s’auto détruire en banalisant son histoire ; et quelle histoire, une épopée historique, unique qui défiait même les prouesses des demi dieux comme Hercule, Apollon, Zeus.

Ceux qui n’avaient pas d’histoire à raconter inventaient et exploitaient les moindres faits de leur quotidien pour les porter au rang d’épopée, d’événements.

Pourquoi pas nous ?

1804, quelle victoire brillante, quelle fierté ; 2004 quel mépris…

À la génération future de ne pas laisser aux enfants de ces gens nous voler 2104.

Le combat commence dès maintenant…

Raphaël Théoma Daniel…

Related posts

Leave a Comment