Éditorial

Éditorial

Le Papier de Raphaël Théoma Daniel…21 janvier 2019

Manger avant de mourir…Mourir le ventre Plein…

15 ans à peine, Un plat de poulet sous les bras, il dévalait l’avenue de la république à toutes jambes, la bouche ouverte, le souffle court avec à ses trousses une meute de personnes aux cris de au voleur ‘’Bare Vole’’.

Il a intelligemment trouvé refuge sous un véhicule et sans reprendre son souffle, il remplissait sa bouche de nourriture.
La foule en délire le tira de sous le véhicule et commença à le rouer de coups avec une violence peu commune ; à mesure que la foule s’acharnait sur le petit voleur de nourritures, ses mâchoires broyaient les morceaux de viandes et de bananes avec une rapidité de condamné à mort.

Les coups pleuvaient avec une régularité et une hargne lorsqu’une voix s’éleva et cria Halte ; c’était le propriétaire du plat ; un père de famille accompagné de son fils de 8 ans qui était venu visiter les lieux ; il en avait profité pour lui acheter un plat de poulet cuit sur le gril, l’une des spécialités de la zone.

Quand on posa la question au petit crève la faim sur les raisons de son refus à restituer le plat qui ne lui appartenait pas, il répondit dans un hoquet, qu’il avait faim et qu’il était prêt à mourir, mais mourir le ventre vide et en beauté pour une fois.

Champs de mars ; lieu de grand rendez-vous dans tous les pays ; et comme son nom l’indique ce sont des champs, des jardins bien entretenus dan un espace réservé; Maurice Sixto dans sa pièce à succès ‘’Gwo Moso’’ a fait une description des plus remarquables de ce lieu de détente par excellence.

S’il y en qui sont là parce qu’ils veulent visiter, prendre de l’air, se promener, rencontrer des amis, chercher l’inspiration, pour une autre catégorie, c’est parce qu’ils avaient faim et cet espace s’était transformé en vulgaire rendez-vous de bouffe de rue entr’autre depuis belle lurette…

Raphaël Théoma Daniel…

Related posts

Leave a Comment