Éditorial

Éditorial

Le Papier de Raphaël Théoma Daniel…14 janvier 2019 ; collaboration de Bernier Sylvain…

Cendrillon et le 13 janvier…(Sa ki Mouri zafe yo…)

Cendrillon avait jusqu’à minuit pour vivre son rêve ; passé ce délai, le charme serait rompu selon les explications de sa marraine la bonne fée ; elle devait quitter les lieux avant les douze coups de minuit.

En Haïti, nous n’avions pas attendu minuit pour briser le silence avant que ne se lève l’aube d’une journée de l’oubli ; nous n’avions pas attendu pour lancer nos meringues carnavalesques, nous enivrer.

Pourquoi tant de hâte ? Pourquoi lever le temps du deuil aussi tôt monsieur le Maire?

Le défilé de ce dimanche 13 janvier 2019 aurait pu s’organiser autrement ; par exemple une procession à la mémoire des disparus ou une marche pour la reconstruction ; non ! Ce vacarme, ces déchainements de décibels et de banalisation font partie désormais de ce mépris de la vie.

Nous n’avions plus le temps d’être en deuil et de pleurer nos disparus ; qu’ils soient morts le 12 janvier 2010 ou au cours de ce mois de janvier 2019, la débauche bacchante est plus importante ; elle apporte plaisirs des sens et argent. Au Diable tous les disparus ; Maestro, Magistrat : Musique !

Que vaut un communiqué du gouvernement aujourd’hui, un arrêté communal, un ordre de la police ?

De ‘’Tutti Quanti’’ à Jovenel Moise rien n’a changé ; on se sent même bien dans cette voie sans issue malgré le panneau avertisseur du danger à quelques kilomètres plus loin.

12 janvier 2010, la terre s’est remuée sous nos pieds, nous avions perdu l’équilibre, nos maisons nous sont tombées sur la tête, l’apocalypse était dans nos murs. Mais dans nos actions suicidaires, dans nos choix de malades mentaux, la tentation de jouer les ruminants de l’histoire nous guette comme des proies fragiles épiées par des fauves tapis dans les fourrées de la patience prêts à bondir.

Qu’il est loin le temps ou les douze coups de minuit avaient sagement respecté le pacte conclu avec Cendrillon avant la transformation.

Dans l’Haïti d’aujourd’hui, les Citrouilles, les Souris, les Haillons de l’habitude n’ont pas attendu le 13 janvier pour reprendre leur forme et laideur Habituelle… (Sa ki Mouri zafe yo).

Raphaël Théoma Daniel…

Related posts

Leave a Comment