Éditorial

Éditorial

Le Papier de Raphaël Théoma Daniel, 13 janvier 2019…

Bourgeoise et 12 Janvier.

Inutile de dire que rien de bien sérieux n’a été réalisé 9 ans après le séisme du 12 janvier 2010. Nous étions au courant, les documents sont là, cependant nous étions trop occupés à gérer nos petites affaires pour nous en soucier.

Et de fait, malgré cet avertissement nous n’avions pas compris l’urgence de vivre autrement, de réfléchir en préparant mieux l’avenir.

Ceux qui gravitaient au centre ville de Port-au-Prince, comme des rats abandonnant un navire naufragé n’ont rien fait pour aider leur pays, aider l’État; même s’ils avaient des parents, des amis parmi les victimes, leurs premières préoccupations étaient de se mettre du bon côté en vue de bénéficier des dons de l’aide internationale; il suffit de visiter la nouvelle ville après le séisme ” CANAAN” sur la route nationale numéro 1 pour se faire une idée, alors que d’autres ont bâti des châteaux, des maisons luxueuses pour leur confort ou pour faire des affaires.

Ces gens, ces jouisseurs n’ont jamais participé à un plan de développement durable dans le pays; ces rentiers, propriétaires de commerce au quotidien, achat et revente, se moquent si la capitale est dépourvue d’un centre commercial; ils n’ont pas le temps, ni le sentiment d’appartenance, est-ce pourquoi la question de la reconstruction leur importe peu.

Aujourd’hui, ils n’ont pas besoin du centre ville puisqu’ils ont changé de commerce, désormais ils vendent des motocyclettes. C’est un nouveau marché à défaut de vendre des véhicules, à défaut d’aider l’État à construire des routes, à investir pour des infrastructures modernes.

Voilà où nous en sommes 9 ans après! On pille l’État avec son insignifiant budget de 3 milliards, dont 1.5 milliards utilisés pour les importations, notamment de la république dominicaine avec une contrebande alimentée par la mafia commerciale, ce qui donne à l’État des rentrées de 20 millions au lieu de 200 millions si les 20% de taxes douanières étaient respectées.

Dommage qu’un si beau pays, un peuple si affable et paisible possède pareille élite qui doit s’asperger de lotion pour cacher sa puanteur…

Si au moins nous avions eu des dirigeants déterminés pour faire appliquer les lois, ces gens auraient compris le sens du terme sentiment d’appartenance, honnêteté et développement…

Raphaël Théoma Daniel…

Related posts

Leave a Comment